vendredi 25 novembre 2016

Corps dérobé


Dans sa belle robe
Elle nous dérobe
Son corps d'albâtre
Son coeur à battre
Mais lorsqu'elle relève
sa corolle de rêve
On voit un tout
Sans rien du tout.

Une vallée avec un point
Terminée par un trait coquin
Parsemé d'arbres miniatures
Une beauté de la nature
Qu'on a envie de dévorer
pour ne pas la partager
Goûter les effluves et parfums
Découvrir en haut du couffin
La perle rare de ses désirs
Celle qui la fera défaillir

Ce pistil réclame caresses
Fait faire des Ah à la déesse
Des oh presque de détresse
qui se déverse sans fin
comme un nectar au gout divin.
Enregistrer un commentaire