jeudi 6 avril 2017

Ultimes adieux et départ vers le ciel.......................Episode 44

La haut Lucifer surveille les derniers préparatifs et le départ vers le ciel ...
Les Gums installent les petits dans la nacelle pendant que Pierrot et Tapioca enjambent le bastingage d osier renforcé. Ils attachent les sécurités pour les enfants et se sécurisent eux mêmes.
Seul, Le Docteur Melchior reste au milieu de la clairière pour prendre congé de tous. Un par un il les salue et les remercie. Lui aussi est triste de quitter ses amis il termine par Umaguma et le sert dans ses bras preuve d’un amitié profonde comme celle d’un père pour son fils.
Puis, ils lui rappelle les phases de départ qu ils ont répétées ensemble. Passé la cime des arbres il lui renverra les cordes, se sera son dernier message d’ amitié à lui et à son peuple.
Umaguma le remercie en le regardant avec dans son œoeil une supplique :
«  - Revenez vite nous avons besoin de vous, mais il sait qu’ aussi désormais rien qu ’en regardant le ciel il saura désormais trouver la force de maîtriser l’adversité fut t’elle très rude. »
Il se retourne et grimpe dans la nacelle pendant qu’ Umaguma retire l’ escabeau.
C’est le moment que choisit l’ Ancien pour interpeller Le Docteur Melchior :
«  - Attendez, attendez moi aussi j’ai un cadeau pour vous »
Le Docteur Melchior  le regarde et dit Interrogatif:
« - Un cadeau…?"
L’ Ancien :
«  - Oui dit il suivit par quatre guerriers portant un brancard , je suis trop vieux pour vous suivre dans votre monde, mais j’ai 1 ami qui va me remplacer. Je l’ ai capturé il y a bien longtemps, il est d’une rare beauté. Il lève les peaux des bêtes sauvages laisssant appraître un superbe papillon énorme comme ils n en n' ’ont jamais vu. Il est est là immobile, superbe. Les Gums amènent la cage. Elle est à nouveau recouverte des peaux de bête et attachée au bord de la nacelle et recouverte des peaux de bêtes pour les protéger du vent ou des intempéries éventuelles.
Tapioca prudente…
« - Ils est très beau Docteur, il ne faudrait pas que nous le perdions en route, vous pouvez vérifiez leurs attaches s’il vous plait . Vous pensez qu'il va supporter le voyage.»
Le Docteur Melchior :
«  - Oh que oui, ils en voient de dur par ici. Umaguma vient de faire de contrôler la fixation et il m’a fait signe que c’était bon, moi je la revérifierai au cours du voyage. »
Tapioca :
«  - Merci Docteur Melchior. Remerciez beaucoup Le Vieux Monsieur Gum .»
Le Docteur Melchior au nom de tous remercie l ’ancien et promet de le soigner avec soin.
Il salue de sa main en signe d’adieu pendant qu’une clameur de tous les Gums monte comme un ultime adieu, mais tous attendent le moment royal de l’ envol…
Le Docteur Melchior fait un petit signe à Umaguma qui demande d’ enlever les piquets de fer  bloquant la nacelle au sol. Aussitôt libérée, elle remonte d’ une trentaine de cm du sol et se balance au gré du vent. Il donne l ordre de desserrer les cordes de leur arbre sans les lâcher ce que font les Gums et le ballon s élève lentement, simplement retenu par la force des guerriers Gums qui ralentissent sa progression tant qu'ils ne sont pas au-dessus de la cime des arbres. Ils sont à deux puis trois puis cinq mètres du sol, le ballon se tient droit et ne demande qu à bondir de quelques dizaine de mètres.
Chaque corde fait trente mètres, le double de la hauteur des arbres de la clairière qui en font quinze mètre tout au plus, le ballon monte encore. L Docteur Melchior regarde son altimètre. Les enfants saluent de leurs deux mains la foule qui les acclame, dix, onze, douze, treize, quatorze, quinze, seize, dix sept mètres, ils sont maintenant au-dessus des arbres. Le Docteur Melchior défait les cordes une par une, et à la dernière le ballon n’étant plus retenu au sol par aucune force, fait un bon en avant qui le propulse à plus de cinquante mètres de haut et le monde des Gums le voit rétrécir très rapidement.
Les Gums, restent la bouche ouverte comme les poissons dans l’ eau, ils regardent  l'intemporel s’élever dans le ciel et diminuer pour devenir de plus en plus petit. Ils se demandent bien si le ballon rétrécit aussi vite ce qu'il va leur rester assez de place pour rentrer chez eux. 
Pendant qu ’Umaguma et les siens, le cœur gros les regardent s’ éloigner, les choses laissées par le Docteur Melchior sont posées sur les brancards prêts à repartir. Le gros point  jaune et bleu est illuminé par le soleil déjà haut et le spectacle pour tous est inimaginable même en rêve.
Dans les ballons, les enfants sont  tristes d avoir laissé leur amis en bas. Tous se taisent le regard vide insensibles à la beauté du départ.. Arrivé à une certaine hauteur, Le Docteur Melchior  referme la cage de sécurité. Il a atteint sa hauteur de croisière, la terre est maintenant assez loin.
La clairière n apparaît pas plus grande qu une grande carte postale. Comme il fait plus frais, chacun se couvre d’ un pull et Le Docteur Melchior permet à nos petits astronautes de se détacher de leur siège pour ouvrir les malles, se changer et se détendre un peu.
Il est près de dix heures et il attend la comète de pied ferme. Il est debout, sous contrôle de toutes sensations anormales ou inattendues. Il sait que Lucifer l’ attend au détour d’un nuage et il doit être plus que vigilant.
Vers dix heures, il sent que les vents s’accélèrent.
S'adressant aux enfants:
"- Les enfants asseyez-vous je dois effectuer une manoeuvre délicate et la comète approche. Vous devez vous attachez de nouveau." 
A dix heures pile, il y a un choc violent, un nuage envahit l Intemporel et une accélération brutale, exceptionnelle, les entraîne dans une cheminée rappelant immédiatement celle qu ’ils ont déjà connue. Ils voient défilés une paroi verticale et cette fois tous comprennent que c’ est celle du temps. Ils la traversent à une vitesse vertigineuse.
En bas, tous voient s effacer du ciel l'image du point bleu et jaune. Umaguma, Uma, les enfants et L'Ancien ont une larme qui vient couler sur leur joues. 
Umaguma en marmotant entre ses dents et dans un soupir de désolation:
"- Adieu mes bons amis et bon retour..."
Soudain le ballon ralentit, Le Docteur Melchior a réussi à le placer au centre des turbulences. Il continue à suivre la vitesse de la comète mais ils sont nettement moins chahutés.
Melchior sur les bandes qu’il a analysées a pointé les temps de passage de l’ aller il sait donc a quel moment il va devoir se dégager pour s’ enfoncer dans une des portes bretelles qui le ramènera dans  leur temps.
Les enfants en profitent pour discuter et Patricia rongeant toujours son frein s’adresse à
Pierrot :
«  - Tu aurais du ramener ta chérie avec toi , on l’ aurai gardé au château »
Pierrot :
«  - Mais tu es jalouse ou quoi, je ne te dois rien, elle ne t a rien fait La Goulue et tu l as embrassé comme une sœur en partant, tu es folle ou quoi « 
Tapioca :
« - D’abord, mais j en suis débarrassée une bonne fois pour toute et pour un moment et je vois que tu préfères les autres »
Gros Sel se mêlant à la conversation…
«  - Tu sais, je ne voudrais pas me mêler de vos problèmes, mais mon frère il en a eu d’autres avant toi, arrêtes de nous gonfler on vient à peine de les quitter.
Le Docteur Melchior énervé par ces idioties:
«  - Arrêtez de vous chamailler,  dit il en élevant la voix. »
C’est justement le moment  que choisit Lucifer pour intervenir….
il a caché la paroi par un nuage dense la bretelle de sortie et l’ Intemporel s'en rapproche à toute vitesse. Le Docteur melchior a placé le ballon sur la bordure de la colonne d ’air et en arrivant au niveau de la bifurcation, comme par magie, le nuage se dégage brusquement et la porte est là, grande ouverte à quelques mètres de l'Intemporel... 
Ne voulant pas la manquer, Le Docteur Melchior manœoeuvre d’ un coup sec l'Intemporel et l'engage immédiatement et sans douceur dans l' ouverture béante. Pris par sa vitesse excessive, il se trouve projeter dans une nouvelle direction et vient heurter la paroi extérieure de la bretelle de sortie. Le mur d'air infranchissable, les projète comme un écho au coeœur du passage en les déséquilibrant complètement. La comète les abandonne etncontinuant sa course dans l ’infini.
Mais l’Intemporel est lui en mauvaise posture, il s ’est retourné et si, ils n’ étaient pas tous attachés ils seraient tous dans un drôle d’ état et durement rudoyer.
La nacelle est presque arrivée au-dessus du ballon, et si malheureusement il se retourne complètement il peut y avoir de la casse beaucoup de casse… ! ! ! Lucifer a tendu un nouveau piège au Docteur Melchior et le met à nouveau dans une grande difficulté. 
Les enfants sont bien attachés, ils ne risquent rien, ils sont livides, blêmes et se taisent un peu plus habitués aux caprices du ciel. Le Docteur Melchior s ’est levé, il doit corrigé la position du ballon. Il doit mieux gérer son pilote automatique qui s’ est déréglé et le ballon est devenu fou. 
Pour se lever il est obligé de détacher ses harnais. Pour se déplacer, ill est malmené d un côté sur l autre, ballotté comme on le serait sur un bateau pendant une tempête, il se déplace comme un homme ivre. 
Il atteint son pupitre et corrige la position trop couché du ballon qui pivote aussitôt, mais fait un tour complet emporté par sa vitesse pas encore maîtrisée. Le ralentissement est immédiat, brutal, trop brutal. Il se bloque comme le frein avant d'une bicyclette quand on n'y prend pas garde. 
Tout se tord comme un ressort. On entend quelques clics et clacs  de sécurité qui lâchent et s'ouvrent sous la pression des torsions. L ’arceau de la sécurité s ouvre de façon inattendue, ses dernières attaches cèdent à leur tour et la protection s'arrache et s'envole par-dessus bord. Par la même occasion, le Docteur Melchior se retrouve lui aussi éjecté dans le vide sans qu’il ne puisse esquisser le moindre geste pour se retenir tant les choses sont allées si vite... Il a seulementnt lancer un dernier cri de désespoir :
- « Oh non ! » Il va certainement aller s’écraser deux mille pieds dessous, en pleine campagne surtout qu’il n’ a pas de parachute de secours.
Lucifer est au ange, cette fois encore, il la eu son vieil ennemi. Satisfait il quitte la scène du drame qu ’il vient de provoquer et laisse les occupants de l'Intemporel se débrouiller tout seul. Ils sont rentrés dans leur époque. 
Les enfants interloqués restent sans réaction, Ko comme un boxeur groggy, ne comprenant même pas ce qu’il vient de se passer, pourquoi l'arceau de sécurité s'est  ouvert et envolé laissant Le Docteur Melchior éjecté à son tour et disparaître dans le labyrinthe du temps ???

A Suivre....
Enregistrer un commentaire