dimanche 12 mars 2017

Une histoire qui a fait l'histoire..........................Episode 29



Pierrot échangent quelques mots à vois basse avec Tapioca et s'adresse au Docteur Melchior :
- "Les hommes de Cro-Magnon, mais c’est fou !. Vous en êtes bien sûr ?"
Le Docteur Melchior :
- «  Mais où croyez-vous que nous sommes, dans un rêve ? Réveillez-vous un peu, je suis  sérieux, nous venons de faire un bon en arrière de 10 000 ans et nous avons de la chance, nous aurions pu remonter encore beaucoup plus loin. »
Les enfants :
- «  Mais comment va-t-on rentrer  chez nous, ils vont s'’impatienter, nous faire rechercher. »
Saucisse:
- " je vois déjà la belle punition d'ici..."
Le Docteur Melchior :
- « Les enfants, je dois vous réexpliquer quelque chose. La valeur du temps est  différente selon les époques, un jour passé ici, 24 heures, représentera 15 minutes , voire moins  chez nous. Je vais prendre un exemple. En restant 24 jours ici,nous serons absents 6 heures de votre village. »
Tapioca :
- «  Mais pourquoi ?. »
Le Docteur Melchior :
-«   Ce sont les mesures du temps, c’'est beaucoup trop complexe à vous expliquer ici. » 
Saucisse :
- « Depuis combien de temps avons-nous quitté le château ? »
Le Docteur Melchior :
- « Ici deux jours, là-bas une heure. Un peu surpris par cette explication, les enfants n'’en sont pas moins satisfaits et soulagés que le Docteur leur confirme ce qui leur à déjà dit. »
Gros Sel réplique :
- «  Ce serait impeccable, si ce serait’ la même chose à l’école. Imagine ! Une  heure de dictée ne durerait que cinq minutes, ce serait chouette ! »
Pierrot le coupant :
- « Faut pas rêver, tu es déjà nul en orthographe et on ne dit pas si ce serait…  mais si c'était, apprend au moins tes conjugaisons »
Tapioca :
- «  Alors Docteur Melchior, , vous en êtes où ? »
Le Docteur Melchior :
- «  Mais je vous écoute, mais vous m’interrompez tout le temps. Je vous disais donc que l'’homme de Cro-Magnon découvre plein de choses nouvelles en utilisant  les objets qui l’ entourent. Il construit les premiers fours avec de la pierre, de la terre pour se réchauffer et garder le feu. Il découvre la  chaleur radiante.
Pierrot :
- «  C’est quoi ? « .
Le Docteur Melchior :
- « Quand la pierre est  chaude, elle transmet la chaleur autour d’elle. »
Saucisse :
- «  Comme la bouillotte de ma grand-mère ? »
Le Docteur Melchior :
- « Oui, mais également les radiateurs électriques ou les chauffe-eau .Par ce procédé ils font chauffer les pierres de l’ âtre et posent dessus, des peaux pour les  sécher,  de la viande ou du poisson pour les faire cuire. »
Saucisse :
- «  Ah oui, moi, j’ai déjà vu ça. »
Tapioca :
- «  Ah oui, et où ça ?. »
Gros Lard :
- «  Au sport d’hiver, la dame qui  servait , posait une pierre chaude sur la table  et nous faisions  cuire les morceaux de viande dessus. »
Le Docteur Melchior :
- « Bravo, dit le docteur,  qui  se refuse toujours à appeler les enfants par leur surnom tant il leur semble idiot. »
Gros Lard :
-   « Ils appellent ça une pierrade ou une brasérade. »
Melchior continue ses  explications. L’ homme creuse des trous dans le sol, il les remplit d’eau, met dedans une pierre chaude, quelques feuilles séchées et réalise ainsi une soupe.Vous avez vu faire Uma hier soir. 
Les explications du Docteurs sont si claires et précises qu'ils découvrent et comprennent les bases et les origines des premières soupes et des premiers contenants . le fait de les voir et qu'on vous les explique ensuite permet de mieux réaliser la valeur du travail fait mais aussi de comprendre le cheminant intellectuel qui a conduit l'homme à ces évolutions.
Le Docteur Melchior continuant :
- « Plus tard l ’homme de Cro-Magnon construira les premiers fours à poterie, ses premiers vrais outils. Ils commencent à chasser  des animaux moins dangereux comme le daim, la gazelle et même le  mouton sauvage que les  africains du nord domestiquent déjà, inventant du même coup l’ élevage. Le mouton apporte le lait, la viande, la laine, il devient un animal très prisé sur tous les continents. Les mammouths ont disparu depuis longtemps avec la fin de l’ époque glacière. Ils s’étaient déplacés vers des contrées plus hostiles et ont tous disparus « 
Saucisse :
Et les chiens, on n’en voit pas  demande t’il.
Pierrot :
- « Quelques chiens existent en Europe centrale, en Ukraine plus particulièrement. Ils sont très vite devenus notre meilleur ami. Les  hommes recherchent autre  chose que la nourriture carnassière. Ils découvrent la cueillette. Des noyaux, des graines plantées dans le sol se reproduisent quelques temps plus tard. Ce sont les premières semences. Pour la cueillette des fruits, ils tressent des feuilles sèches. Ils font les premiers paniers. »
Tapioca :
-« Comme  ici, ??? « 
Uma en tresse tous les jours. Ils apprennent à tailler la pierre pour faire des outils ou des armes. Certaines pierres taillées en forme de  rond serviront de meule pour écraser les graines. Le millet est cultivé, c ’est le  début de l’ère céréalienne. Les hommes commencent à domestiquer le naturel, travaillent le bois avec lequel ils creusent le sol pour planter des graines. Ils  fabriquent des  flèches en forme de javelot. Le raisin fait son apparition sur les bords de la Méditerranée. Son goût et son jus sucré sont très appréciés, c ’est  la fin de l’ère  paléolithique et le début du mésolithique, c’ est l’an –1000 mais nous n'y sommes pas encore. Les umagums viennent de pénétrer dans cette époque et l'évolution sera lente mais beaucoup plus rapide qu 'avant..
 Les enfants :
- «  Déjà ce n'est pas mal ! s’écrient tous ensemble les enfants. »
Le Docteur Melchior :
- «  Dans certains endroits de cette époque l'’homme domestique la chèvre. Elles donnent du lait, ils  fabriquent des fromages. »
Pierrot :
- «  Mais, nous dit il dans quelle époque sommes-nous donc ? en regardant le Docteur Melchior. »
Le Docteur Melchior s ’arrête de parler, réfléchit , regarde autour de lui :
Assis sur leurs céans, les enfants boivent ses paroles comme ils le font quand leur maman  leur raconte une belle histoire.
Mais cette fois ils la vivent tous ensemble, tous sont concernés comme de vrais chevaliers.
Pierrot :
- « Nous sommes en quelle année exactement ? redemande Pierrot. Vous êtes sûr de  vos calculs ? »
Le Docteur Melchior :
-    « Pierrot, L'année n’ a pas d ’importance, l ’important, c ’est d’ en sortir, n ’est ce-pas  » 
Le Docteur dubitatif, évasif, émet un petit sifflement :
- «  Taisez-vous. Vous posez toujours les mêmes questions. »
Mais il ne répond toujours pas.
 La tribu vaque à ses  occupations, le conciliable de leurs nouveaux amis ne les concerne pas, voir les amuse. Mais que peuvent-ils donc se dire ? Le Docteur  Melchior réfléchit toujours en se  tordant le menton avec sa main  droite. Il  dodeline de la tête puis , regardant les  enfants, et dit :
Le Docteur Melchior :
- «  Nous sommes bien en l’ an –7 653 avant JC, mes appareils ont dit la  vérité. »
Les enfants :
- «  Mais comment en êtes-vous aussi  sûr, demandent t’ils. »
Le Docteur Melchior :
- « C ’est cette année là qu' Umaguma a regroupé toutes les tribus aux alentours pour mieux s’organiser. Il en est devenu leur chef. Nous sommes arrivés juste avant. Il sera d'ailleurs un grand chef… . Sa tribu commence  juste à maîtriser la culture céréalière. Ils ont des problèmes d'organisation. Aujourd'hui …Il est seul mais sa vie va changer très rapidement. »
Saucisse interrogatif ???
- «  Mais il n’y a pas de champs, dit il ».
Docteur Melchior irrité
- "Mais  vous n ’êtes pas au 20ème siècle, que croyez-vous ? qu ’ils ont des bœufs, des charrues, des tracteurs pour labourer, comme vos parents.… Qu ’ils pratiquent  la monoculture sur des kilomètres carrés comme dans la Beauce ou la Brie. !!!
Pierrot
- « Non Docteur Melchior, mais vous êtes sûr que… »
Docteur Melchior commence à se fatiguer de se conciliabule :
- « Oui, je suis sûr de ce que j’avance. Le docteur Melchior ne se trompe jamais,  mais les périodes dont je  vous parle n’ ont pas toutes le même niveau social ou  technique, des régions n ’en sont encore à la chasse au gros que d’ autres  l'ont déjà maîtrisées, ailleurs, l' élevage et la semence commence juste sur de petits coins de terre. Je vous dit qu'ils en sont aux balbutiements de  l’ère moderne. 
C’est exactement la même chose  dans le monde  dit civilisé d’aujourd’hui ? N’y a- il pas une différence entre les Américains et les  peuples d’Afrique centrale ? D’Europe ou de certains pays d’Europe centrale… »
Les enfants ne peuvent qu’être d’accord. Le docteur éprouve comme un soulagement, cette discussion n’aura pas été inutile, mais qu’ils sont difficiles et  curieux ces enfants ! Il faut maintenant qu’il parle à Umaguma. 
Le Docteur Melchior se lève et accompagné des enfants, il se dirige vers Umaguma occupé à tresser des  feuilles séchées. Entrelacées les unes dans les autres, elles sont posées sur le sol, puis attachées entre elles par d’autres feuilles séchées. Il lui parle dans son langage accompagné de jeux de mains. Umaguma le regarde et lui montre le coin de la  clairière fermée par une porte. Le docteur demande à Umaguma la permission  d’aller voir.
Umaguma accepte, mais l’accompagne.
Il se dirige vers la porte qui est plus une grille de bois et l’ouvre. C’est l’entrée du jardin. Umaguma et les siens ont défriché un terrain de plus de 50 mètres de côté. Ils n’ont  conservé  que les arbres sur lesquels poussent des fruits. Le pourtour du jardin est  délimité par des troncs d’arbres et des branches.
A droite, entre quatre rochers, il a fabriqué une cabane ouverte sur le côté, c’est la porte. Le toit est recouvert par les mêmes feuilles qu’il est en train de tresser. Il montre au docteur les rouleaux posés là. Umaguma a , en se servant des feuilles assemblées, fabriqué des mètres et des mètres de  filets. Il les a roulé et mit debout, on dirait de véritables rouleaux de grillage en fil de fer galvanisé. Autre vie, autres techniques, autres moyens, autres matières mais même objectif pour un même résultat pour parer aux mêmes soucis....

Suite du 3O ième épisode....

Enregistrer un commentaire