lundi 13 mars 2017

Découverte de la flore et la faune d'avant, mais...........Episode 31


En s’approchant du bord de l'eau là ou l'étang fait une jolie petite anse, ils aperçoivent des oiseaux posés sur de grosses fleurs, ressemblant à nos nénuphars de chez nous, mais trois fois plus gros. 
Tapioca:
- " De loin je ne les avais pas vu si gros dit t'elle" en  les enregistrant dans sa boîte noire. 
Gros Sel:
- " Moi n'on plus..."
Gros Lard:
 - " Regardez tout ces oiseaux, c'est quoi " ... 
Ils ont des plumages blancs, gris, bariolés blancs et gris, foncés même. Ils sont posés en bande et sont venus se rafraîchir.
Umaguma n'est pas rassuré et regarde autour de lui, un étrange sentiment l'envahi. Bien qu'inquiet, sur son qui vive il observe chaque millimètre de la nature qui l'entoure mais ne voit rien et n'entend rien.
Derrière une barrière de roseaux verdoyants douze paires d'yeux observent les oiseaux... Il sont gros, avec de longues pattes très fines.
Ils piquent de leurs longs becs les verres vivant dans la vase. De  temps en temps  ils plongent la tête dans l’eau et la ressortent aussitôt en la secouant. En silence le Docteur Melchior s’approche  d’un buisson  de ronces qui le cache un peu plus de l'étang.
Saucisse:
- " C’est quoi ces oiseaux" ?.
Tapioca:
- " On dirait des cigognes. Ils sont beaux et d'une rares élégances dit elle en les photographiant".
Gros lard:
- " Tu n'en as jamais vu de sa vie en vrai, sauf celles photographiées par ta cousine au cours d’un voyage en Alsace. Elle les a prises la  veille de son départ de Mulhouse, je m'’en souvient  très bien car elle fut surprise par le long bec des animaux. Elle me les as montré en revenant, elle était drôlement fière la cousine et ses photos étaient super jolies..."
Tapioca:
- " je sais je les ai vu elle ne faisait qu'en parler et les montrait à tout le monde, j'avais honte pour elle..."
Gros Sel la coupant:
- " Honte ou jalouse..."
Le Docteur Melchior coupant leur conversation qui semble s'envenimer:
 - " Ce n'est ni le moment ni l'endroit de vous envoyer des vannes. Regardez comme vos  petits amis Umagums sont respectueux de la nature, il regardent, écoutent mais ne parlent pas. Ils font corps avec la nature, ils l'aiment, apprenez à faire comme eux, à vivre avec.Ce ne sont pas des cigognes, pas par ici et pas à cette époque."
Pierrot
- " Mais ce sont quoi Docteur… Melchior ces oiseaux ? Ils ne ressemblent pas aux autres que nous voyons dans le ciel ?"
Le Docteur
- " Non, ceux ci ne volent et se déplacent que quand les autres ne sont pas là, ils n'en feraient qu'une bouchée. Ils vivent en groupe et ne se déplacent qu'en groupe toujours autour d'un point d'eau ou ils sont sûrs de trouver du poisson. C'est leur nourriture favorite avec de petits vers qu'ils trouvent dans la boue au bord de l'eau. Je crois que nous observons l'ancêtre du héron, ce sont des hérons à la pêche. "
Le petit groupe s’approche encore plus  curieux tout doucement et surtout désormais chacun se tait. 
Gros Sel en chuchotant:
- " Il y en a un tout près à cinq  mètres." 
Même le clic de l'appareil photo s'est fait discret 
Le Docteur Melchior se retourne vers eux et pose le doigt sur sa bouche pour imposer le silence. 
On n’entend plus que  les  bruits de la forêt et pas très loin d’ici de formidables barrissements.
Le Docteur Melchior observe les oiseaux, ils ont un cou très long, très droit, de couleur noire et vert foncé d ’un ensemble parfait. Une  petite tête,  grosse comme une agathe bariolée laisse apparaître un oeœil vif, brillant, clair,  qui observe et semble tout  percevoir à la vitesse de la lumière. d'autres sont tout blanc, et d'autres encore sont blancs et gris. c'est un panachage sobre de couleurs simples qui leur permet de se cacher facilement de toutes présences intempestives et dangereuses.
A peine, une ombre s ’approche t-elle du fond de l’eau, qu ’il plonge son long bec pointu et remonte avec un petit poisson qui  frétille en travers de leur bec.
D ’un coup de tête, il fait tourner le poisson entre les deux pinces de son long bec et  l’ avale d ’une  seule traite,  jusqu’ au plus profond de son gosier.  Son ’estomac fera le reste. 
L’ autre  à côté n’ a pas  les mêmes goûts. Délaissant les vers de vase et les poissons, il ne s ’intéresse qu ’aux portefaix. Ce sont de petites racines creuses remplis de  petits vers blancs. Ils deviendront plus tard des larves avant de se transformer en alevins, puis en poissons. 
Ces portefaix ont la particularité d ’être très  nourrissant, de très bon goût et pleins de richesses en calcium qui fortifient les os des ailes des animaux volants. Les oiseaux  en font de véritables cures pour mieux se défendre dans  cette faune et cette flore hors du temps. 
Mais les hérons ont du sentir une présence incongrue, car très vite après un signe d’inquiétude de l’ un d’eux, ils s’ envolent à tire d’aile vers un endroit plus tranquille à l'autre bout de l'étang et se posent sur les plus hautes branches d'un grand sapin. Avec ce  qui va suivre ils auront nous allons comprendre rapidement qu'ils auront eu bien raison.
Umaguma regarde le Docteur Melchior et son visage se rembrunit. Il se tape sur la  poitrine et dit au Docteur Melchior qu ’un  grand danger va arriver. 
Tapioca:
- " On dirait que le sol résonne..." 
Jetant un coup d oe’œil aux alentours, Umaguma repère un groupe de rochers rapprochés un peu plus haut. Il demande au docteur  d’ y conduire la petite troupe et de se cacher en silence surtout.
Gros Lard:
- " Que se passe-t-il ?."
Tapioca
- " Je ne vois rien, mais la terre semble trembler par moments..."
Le Docteur Melchior:
- " Silence et suivez-moi vite."
Umaguma ramasse quelques herbes et les jètent en l'air en disant au Docteur Melchior:
- " Cachez vous bien et silence surtout."
Le Docteur Melchior ne comprend pas, mais est sûr d ’une chose, le changement  d’ attitude totale et l’ angoisse qui s’ est peinte instantanément sur le visage d ’Umaguma laisse présager le pire, il vaut mieux l’ écouter et se retrancher sans  attendre. 
 Tapioca très inquiète de ce brusque changement d'attitude:
- " Pourquoi Umaguma a jeté de l'herbe en l'air, Docteur Melchior ?
Le Docteur Melchior:
- " C' est pour prendre la direction du vent, il souffle de l'étang vers nous. C'est une sécurité qu'il a pris."
Le Docteur Melchior se dit qu' après ce repli bien caché, il sera toujours temps de voir et de poser des questions a Umaguma qui s'active de plus en plus. Il a collé au sol son oreille sur le sol à la façon des indiens dans les films et  avec sa main libre il montre une, puis deux directions. 
Il est en  train d’ écouter des bruits qui viennent de notre droite. Il devine que les  arrivants ne sont qu’ à quelques centaines de mètres d ’ici. Ils viennent dans  notre direction, sans doute pour se désaltérer. Il a reconnu la démarche  pataude et lourde des dinosaures. Il en compte plusieurs. Ils arrivent de deux  endroits différents. 
Les familles dinosaures ne se séparent jamais. Il y a au moins deux familles. Elles ne s ’aiment pas entre elles . Si ce ne sont que des  femelles et leur petits, tout se passera très bien. Mais si ce sont des couples  et leurs petits, les choses risquent de dégénérer et une grosse bagarre n’ est pas à exclure voir inévitable. 
C'est le premier arrivé qui occupera la place et l'autre n'aura qu'à chercher un autre endroit de l'autre côté de l'étang ou engager un duel de mâle qui risque de faire de très gros dégâts.
Le Docteur Melchior a imité le geste d’Umaguma et il se met à genoux l'oreille collée au sol. Il comprend  tout de suite le  danger, Uma et ses enfants  font de même. Ils reconnaissent tous le pas des mastodontes. 
La terre résonne de leurs pas lourds et puissant. Le téléphone préhistorique fonctionne bien et sans coupure. Quant à nos cinq  naufragés, ils ont bien collé leurs oreilles par terre pour faire comme tout le  monde ils ne distinguent rien, sauf le bruit sourd d ’un train qui arrive mais ils n’ ont vu ni gare, ni rails , ni wagons et encore moins de chef de gare...…
Tapioca
- " Vous cherchez des champignons ou vous avez perdu quelque chose ?"
Pierrot
- " Idiote, tais toi, tu ne sais pas ce que tu dis, écoute plutôt."
Tapioca
- " Oh, toi, la ferme , je plaisante."
Pierrot
- " Ce n’ est ni le lieu, ni le moment."
Le Docteur Melchior:
- " Chut, dit le docteur on va dire rester silencieux.
Umaguma regagne leur retraite derrière les rochers et il observe le paysage. L ’arrivée de dinosaures n ’inquiète pas que nos voyageurs, au fur et à mesure qu ’ils se rapprochent, la nature change. Les oiseaux s’ envolent tous, ils fuient la clairière et le silence se fait totalement. 
Saucisse:
- " Quel silence, on entendrait une mouche volée..."
Une chaleur moite s ’installe. Une  ambiance bizarre gagne le groupe et une forte angoisse  nait  dans le coeur de  chacun. L ’humeur badine et joyeuse qui les animait depuis ce matin s’ est envolée et semble remplacer par une concentration sérieuse comme pour leur rappeler qu ’ils ne sont pas en week-end prolongé, mais qu ’ils vivent une véritable aventure. 
Le moindre  dérapage et c’ est le cours même  de l’histoire qui peut être changé. Observateur oui, acteur certainement pas. Le  docteur réfléchit. Doit il rester ici ou partir se cacher ailleurs avec les enfants. Il se doit de redoubler de prudence et de méfiance. Il en fait part à Umaguma . Ce dernier est d’ accord avec lui et mesure d’ un regard la situation géographique de l’ endroit, mais elle semble le rassurer.
Malgré tout, ils vont peut-être  devoir rester une heure, voire deux ou trois. Si le vent tourne, il portera immanquablement leurs  odeurs vers les dinosaures. Ils sont si friands de chair humaine qu ’ils les  débusqueront et les chasseront ..à moins que... …
Le Docteur Melchior a deux armes redoutables. …Son briquet et son pistolet. Le feu impressionne tous les animaux, si  le vent tourne  il faudra vite allumer un feu de barrage pour se protéger. Il les contiendra loin  d’eux, peut être les fera  t-il  fuir..
Si cela ne suffit pas, le Docteur n’ aura aucune autre solution qu’e de se servir de son arme, bien viser le centre de l œil du mâle, et l’ abattre....Il demande aux enfants de ramasser tout le bois mort et sec qu'ils trouvent et de dresser une barricade devant les rochers. 
Mais il leur demande de ne surtout pas s'éloigner de plus de cinquante pas. Vu le nombre de mains disponibles, en quelques minutes c'est fait. Il y a au moins de quoi faire une belle flambée. De toute façon elle les protégera et fera peur à n'importe quel animal sauvage chasseur. 
Umaguma et le Docteur Melchior savent à quel point tous les animaux sauvages ont peur du feu et ils n'attendent jamais qu'il soit proche pour s'échapper. La moindre odeur de fumée les  alerte, et les fait fuir a des kilomètres des flammes, il n'attendent même pas de les voir, la simple odeur leur suffit..
Le Docteur Melchior réfléchit, si par contre doit tirer, il devra viser juste. Surtout ne pas blesser l'animal et dès la première balle, le tuer. Blesser un animal sauvage est plus dangereux encore. La douleur le rend complètement fou et il dévaste tout.
Le Docteur Melchior sait tout cela, il en est conscient. Mais d'un autre côté, il n ’est pas venu du bout du temps pour tuer des bêtes, fussent-elles sauvages… surtout avec des armes d ’un autre âge dans lequel il a quand même pris la précaution de placer des balles explosives. 
La nature a tout prévu, tout organisé, tout, sauf le mélange des temps. Le Docteur Melchior se doit d ’intervenir que pour protéger son petit monde, mais en respectant les règles, pas en jouant avec la mort.. Hier, il a tué l’ ours sous les hourra de tous, mais il l’ a regretté aussitôt. Il a tiré sans réfléchir, par réflexe, comme l ’aurait fait un chasseur dans un safari. 
Lui, il a une mission de protection et de conservation de l'art de vivre il n’' a pas le droit de vie ou de mort. Il a le pouvoir du temps, il est immortel. Il a au cours de sa longue vie subi d’ autres situations autrement plus graves. Il  s’ en est toujours tiré à son avantage. Il est là pour protéger la vie. Il ne doit en aucun cas la supprimer. La mort de l’ ours  fut une erreur, elle ne doit plus se  reproduire, sauf en cas extrême de vie ou de mort de personnes dont il doit assurer la protection. Il n'avait pas la charge de la protection d'Uma et il a commis une erreur qui ne doit plus se reproduire. Le feu reste donc son meilleur moyen de défense et le seul...

A suivre pour le 32 ième épisode...
Enregistrer un commentaire