mardi 14 février 2017

Lucifer l'ennemi juré veille dans un coin du ciel ..........Episode 17




Les enfants plaisantent, ils s'exclament à mesure que le ballon avance. Ils sont  surpris de constater que plus ils montent, plus la terre devient plate et plus les  champs petits. Ils volent à 600 pieds. 
L’air s’est rafraîchi. Le ciel immaculé d’azur sous un soleil de plomb rend le voyage plus agréable encore. Le docteur vérifie une dernière fois ses appareils. Il repère la route, s’assoit dans un fauteuil d’osier et contemple le ciel, bercé uniquement par le balancement de la nacelle dans les  turbulences calmes et sereines de ce matin là. Il demande quand même aux enfants de se couvrir.
Le Docteur:-"Couvrez vous leur dit il la haut le temps va se rafraîchir de plus en plus"
Les enfants s'exécutent aussitôt car ils ont un peu froid.
Mais le docteur est toujours accompagné de ses deux génies. Melchior celui du bien et Lucifer celui du mal. Lucifer entreprend de faire chanter les cordes qui soutiennent la nacelle et emprisonnent le gros ballon. Tout doucement d’abord, le ballon prend un angle légèrement en biais, l’'air en sifflant dans les filins, les font vibrer. Une douce  musique les envahit. 
Balancé par l’'air chaud, bercé par cette musique douce et enivrante , le Docteur Melchior s’assoupit, les sens restant en alerte. Il perd pourtant un peu d'acuité, il ne sent pas l'Intemporel s'incliner de quelques degrés. Pourtant il sait que Lucifer veille, mais le bonheur d'être et d'avoir retrouvé une raison de continuer à vivre  lui ont fait oublié Lucifer qui va essayer d'en profiter sachant qu'il a une occasion unique d'en découdre avec son vieil ennemi. Lucifer s'amuse beaucoup, il sait que sur la forêt toute proche il y a des risques de violentes dépressions. Elles sont dues à la  rencontre d'air froid et d'air chaud . Tous les pilotes vous le diront. Ils évitent les forêts à basse altitude, pour ne pas être secoués par les turbulences. Il a envie de secouer un peu l'Intemporel et le Vieux Docteur Melchior. Il va lui donner une bonne leçon.
Les enfants contemplent le paysage, ils ne se rendent compte de rien. Le ballon glisse vers  la  forêt, baigné par  les rayons du soleil radieux.
Posé sur un courant ascendant, le ballon monte, il monte, 1000 pieds, 2000 pieds, 4000 pieds. Les maisons sont maintenant des confettis, les champs de petites étiquettes et les gens sont gros comme des grains de maïs. 
Le docteur somnole toujours, Lucifer veille sur l’intemporel. Aux premiers contact avec les courants froids, le ballon tressaute, il est au-dessus de la forêt d'’Aulnay, elle s’'étale sous leurs pieds, immense et belle. 
Il a conduit la ballon là où il voulait qu'il soit. Lucifer s'’efface en disparaissant dans un rire à rebondissement qui se perd dans les flots du temps. 
Dès les premières secousses, le docteur ouvre les yeux. Tiens, se dit-il je me suis endormi. Une seconde secousse le fait sursauter beaucoup plus puissamment, il tourne la tête vers ses computeurs, comme un réflexe de vieux pilote et se lève d’un bond comme s'’il était assis sur un siège éjectable  !
Le Docteur énervé:-"Bon sang, crie-t-il, vous ne pouviez pas me réveiller !"
Les enfants:-"Pourquoi, tout va bien docteur  ! Regardez comme tout est beau..."
Le Docteur  : Tout va bien, mais ils sont fous, 4000 pieds, c'’est de la folie ! Nous sommes beaucoup trop haut, le ballon est en surpression." Asseyez vous et attachez vous solidement."
Les enfants comprennent qu'il se passe quelque chose et obéissent sans un mot.
Tout en disant cela, il tire sur la manette d'urgence pour que l’'air s'échappe. Un sifflement strident se fait entendre, mais le ballon ne descend pas. L'air froid nous envahit peu à peu, le ballon est pris d'un tremblement nerveux comme s'’il était posé sur un déferlante. Le docteur ouvre les trois poignées de sécurité et l'’air s’échappe puissamment. Un brouillard épais nous enveloppe soudain, blanc d'abord, puis noir.
Le ballon oscille de plus en plus. Il a dans le ciel la position d'une nacelle, sur les manèges de la foire du trône, complètement oblique. Un vent tourbillonnant s'est levé. Le ballon tourne maintenant sur lui-même comme s'amuse à le faire les pilotes de parapente, mais là c'est du sérieux et difficilement contrôlable. 
Le brouillard est de plus en plus dense. La lumière du jour disparaît. Il fait presque noir. Le soleil s'est envolé et le chant des tempêtes remplace la musique douce. La dépression s’'accentue encore. Le ballon est ballotté d'’un côté de l'’autre, secoué même.
Le Docteur:-" Attachez-vous bien surtout nous allons être secoué..." crie le docteur.
Il ne sait plus sur quel bouton appuyer, il n’est plus maître à bord. Lucifer l'observe d'’en haut, le sourire moqueur aux lèvres fier de son œœuvre.
Le docteur se met à jurer.Par Lucifer, mais qu’as-tu fait  ?
Un long rire lugubre lui répond...Lucifer laisse le Docteur se débrouiller avec l'Intemporel et les petits monstres qui l'accompagnent. Cela fait longtemps qu''il souhaite régler ses comptes avec lui. Il en a marre de sa suprématie et surtout de celle de son double à qui il donne toujours raison. Satisfait, il part courir son monde à la recherche de quelques autres méfaits tout en gardant un oeil sur l'Intemporel.
Lucifer a conduit  l'Intemporel sur les bords de la forêt au moment du passage d'une comète. La queue de celle ci provoque d'énorme turbulences tourbillonnantes accentuées par la rencontre de courant d'air contraires. Comme le Docteur somnolait, il n'a pas pu voir les changements de pression atmosphérique et ne s'est rendu compte de rien. Lucifer ne s'attendait pas au passage de la comète et l'effet voulu a été multiplié par cent. 
L'intemporel a été aspiré par les turbulences et se trouve entravé dans les méandres de ces courants et n'ayant pas de moteur puissant il n'a pas la force de les combattre ou même de s'y opposer. Il doit donc les subir et tenir à défaut de les maîtriser. La seule chose que sait le Docteur, c'est que ce genre de dépression ne dure pas très logtemps mais vu la violence des courants il risque de se retrouver à plusieurs centaines de kilomètres du village.
C’est un cyclone d’été. Le ballon est pris dans une grande cheminée aux parois lisses, faites de puissants courants d'’air chauds et froids qui se neutralisent. Ils sont infranchissables avec un ballon. Il faudrait un avion pour les traverser, toujours secoué il continue de tourner sur lui-même incontrôlable. Le Docteur Melchior doit trouver une fenêtre pour traverser ses parois qui le bloquent dans cette longue cheminée.
Les enfants, livides, blêmes, sont ficelés au siège et attendent la fin du déluge. Le Docteur Melchior tente désespérément une manœuvre de survie. Il rallume le brûleur en appuyant sur un bouton et engage le ballon sur l'épicentre du cyclone. A mesure qu’il s ’en approche, la tempête se calme, le ballon retrouve ses assises. Tout autour le cyclone fait rage dans un vacarme assourdissant.. Le ballon est à nouveau et enfin droit. 
Le Docteur Melchior vérifie en quelques secondes les suspentes, les accroches de la nacelle, la toile et ses instruments. Heureusement, juste refait à neuf, rien n’'a souffert. Profitant de l’accalmie, le Docteur éteint les flammes et ouvre les vannes de sécurité, le ballon redescend tout droit dans la cheminée d’air froid. De 8000 pieds, Il passe à 5300 pieds et descend toujours. A 5000 pieds, il entrevoit une ouverture, une longue cheminée. Elle semble se dégager sur la droite. Le docteur stoppe la descente en rallumant le brûleur. Le ballon ralenti, puis se stabilise. Il l’'engage aussitôt dans cette ouverture. 
C'’est calme, trop calme. Petit à petit le ballon s'accélère vers un coin de ciel étoilé, tout là haut, c’'est une fenêtre vers l'infini, mais en quelques secondes nous sommes aspirés à une vitesse vertigineuse, dans une nuit d’encre où plus personne ne se voit. 
Les enfants poussent un cri:- "Docteur, Papa, Maman, … Au secours ! ! ! ".....
A suivre....



Enregistrer un commentaire