dimanche 2 août 2015

Une région, un vin : La Bourgogne



Les climats ...

Les Climats du vignoble de Bourgogne constituent un site culturel unique au Monde qui revendique l’inscription de cet héritage exceptionnel sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO de 2014.

Particulier à la Bourgogne :
Le terme, « climat » n’est pas lié à la météorologie, mais désigne une parcelle de terre dédiée à la vigne précisément délimitée et connue sous le même nom depuis des siècles. 

L’emplacement, le sol, le sous-sol, l’exposition, le microclimat, l’histoire déterminent les caractères, la personnalité unique d’un terroir et d’un cru. 

Des «climats» qui forment une mosaïque de crus hiérarchisés et mondialement réputés. 

Villages, Premier Crus, Grands Crus des Côtes de Beaune ou Côtes de Nuits … 

Ils éveillent dans l’esprit de chacun, d’ici ou d’ailleurs, le goût merveilleux et voluptueux du vin, comme le Meursault, Corton Charlemagne, Romanée Conti, Pommard… 

Des vignobles sur les coteaux, œuvre conjuguée de l’homme et de la nature qui a créé un site culturel dont la réussite est considérée dans le monde comme le modèle, la référence de la viticulture de terroir. 

Un véritable patrimoine. www.climats-bourgogne.com 


Des clos et des chapelles: 

En l’an 542, Childebert I, fils de Clovis, ramène les reliques de Saint-Vincent en France et les dépose à Mâcon et Chalon en Bourgogne viticole.

Saint-Vincent devient le patron des Vignerons. Sa fête se célèbre tous les ans le 22 janvier. 

La relation des abbayes avec le vignoble reste depuis fusionnelle en terre bourguignonne.

Une histoire qui est aussi liée à la rivalité des Ducs de Bourgogne envers la couronne de France. 

En effet, sous le règne de Saint-Louis, le mâconnais dépendait de la couronne alors que le reste de la Bourgogne était sous l’autorité des Ducs. 



C’est en l’an 910 que Guillaume, Duc d’Aquitaine, fonda l’Abbaye de Cluny, lieu de résidence d’une congrégation bénédictine qui dispose de nombreux vignobles dans la région et au-delà.

Dès l’origine, l’abbaye de Cluny associe le vin et les produits de la terre à ses revenus, le patrimoine viticole est riche. 




Les moines jouent un rôle essentiel dans le développement de la viticulture :

Vin de messe mais aussi vin aux vertus médicinales, vin lié à l’hospitalité qui sert à honorer leurs hôtes de marque.

Le Clos Saint-Pierre, près de Mâcon, appartenant à la famille Mommessin, était alors une ancienne dépendance de l’Abbaye de Cluny. 



Des terroirs et autant d'histoires Une terre argilo-calcaire avec une mosaïque de sols particulièrement différenciés. Bordés de murets de pierres sèches, formant des clos, les vignobles façonnent le paysage.

Ils moutonnent, alternent avec les pâtures pour le charolais, et parfois grimpent jusqu’au sommet des collines qui peuvent culminer à 400 mètres.

Au détour des petites routes, villages, chapelles clunisiennes, châteaux et belles demeures ponctuent le paysage.


Plus que partout ailleurs, le plaisir d’un tourisme bucolique et cultivé se conjugue avec la découverte des vignobles et la dégustation des crus.

Des parcelles très morcelées qui se déploient ou se serrent autour des villages, des communes qui donnent leur nom aux appellations. 



Du mono-cépage:

Les cépages Chardonnay pour les blancs qu'on retrouve principalement dans la Bourgogne -Sud et Pinot Noir pour les rouges, un pinot noir pourtant à jus blanc car la couleur est dans la peau. 

Le Mâcon rouge est, quant à lui, produit à partir d’un cépage Gamay.

Seul assemblage autorisé pour le Bourgogne Passetoutgrain : Un rouge composé de Pinot noir et de Gamay. 

L’Aligoté, le petit cépage pauvre de la Bourgogne, se plait sur les hauteurs. C’est un vin blanc dit de «pierre à fusil», parfait en Kir avec de la crème de cassis. 


Enregistrer un commentaire