samedi 1 août 2015

Lisbonne la ville aux 7 collines




Une immense mer de toits rouges 
et variés...
Après une belle ascension, on mérite enfin des 
panoramas exceptionnels sur les toits rouges de 
Lisbonne, encore un grand moment de plaisir. 
Au centre, on peut apercevoir l’« Elevatore » unique 
en son genre, l'ascenseur de Santa Justa, connu sous 
le nom de Elevador do Carmo. 
On retrouve également l’église Igreja de Carmo.











Lisbonne un dédale de petites rues 
et d'escaliers enchevêtrés.
Au cœur du quartier ancien du Chiado se trouvent ces 
quelques escaliers. 
Comme en beaucoup d’autres endroits de Lisbonne, 
loin de l’agitation, ce lieu calme et reposant où se balader 
est un véritable régal.











La sentinelle gardienne de Lisbonne 
est toujours en place sur les bords du Tage.
La tour de Bélem servait de sentinelle pour défendre 
Lisbonne dès l’entrée de la ville via le Tage. 
Le temps est lourd et pluvieux, donnant un air grave 
à la souveraine du fleuve.











Pagnol et César n'aurait pas renié 
cette partie ce carte.
Nous nous promenions dans un parc, dans les environs 
du jardin botanique. 
Ce groupe de joueurs de cartes a attiré mon attention : 
j’ai eu envie de les « immortaliser », car ils me 
rappelleraient toujours l’ambiance de ce lieu, à la fois 
convivial et nonchalant.











Le Christ roi de l'autre côté du Tage 
n'en perd pas une miette.
Une vue de Lisbonne depuis l’autre rive du fleuve en 
traversant le pont du 25 avril.
On passe le Tage, et on se retrouve aux pieds du 
Cristo Rei, ou le Christ Roi.











Quand les deux célébrités de la ville 
se croisent...
La Cathédrale (« Se ») de Lisbonne, majestueuse, et le 
fameux tram 28, qui fait tout le tour de la ville,
deux célébrités de Lisbonne.











Ce n'est pas Versailles mais il y a de 
l'originalité dans les mélanges.
J’ai tout de suite été séduit par cette vieille église 
surgissant derrière d’autres bâtiments plus modernes, 
depuis la place Pedro V. 
La statue en premier plan semble veiller sur cette architecture 
composite aux mariages originaux.











Rien à craindre sous l'oeil avisé 
du Christ Rei.

Lisbonne, comme baignée par le Tage. 
Au loin à gauche, le « Cristo Rei » semble offrir sa 
bienveillance à la ville. Le pont du 25 avril, immense, 
est long de plus de deux kilomètres.












De vieilles rues, le spectacle est 
partout même aux fenêtres.
Ici rien n'a changer depuis 50 ans, c'est le pittoresque 
de ce quartier qui représente bien ce que fut Lisbonne 
autrefois.
Ah, ce vieux quartier d’Alfama, et ses ruelles ! 
Un lieu quasi magique 
où il fait bon se promener dans une ambiance qui 
reste toujours la même

.








De quoi ce rafraîchir dans la chaleur de Lisbonne.
La fontaine Rossio a un air tout particulier en ce temps 
automnal.
Une belle lumière et cette fontaine rafraîchissante qui 
resplendit devant une belle façade. 
Un pigeon semble avoir voulu partager mon coup 
de foudre.











Le Parc des nations, une ouverture 
sur le futur.
Il était temps de faire quelque chose, le Parc des Nations 
montre un tout autre visage de la ville. 
C’est une Lisbonne ultra moderne qui surgit, avec des 
buildings impressionnants. 
C’est ici que s’est tenue l’exposition universelle de 1998.













Côté Baroque plutôt sympa.
En sortant de la ville, nous rejoignons Pena et Sintra.
Un palais extraordinaire, baroque et coloré, attire les 
foules à Sintra. 
Il en faut de la patience pour y parvenir enfin. 
Le roi Ferdinand II fit construire ce palace au milieu 
du XIXe siècle.

Enregistrer un commentaire