samedi 25 juillet 2015

Les piments du Mexique



Une identité fort piquante...Jaunes, verts, rouges, blancs, noirs…Frais, secs, entiers, broyés, moulus, en conserve…Fruités, boisés, sucrés, fumés…Doux, ardents, brûlants, torrides, explosifs…


Au Mexique, les piments offrent une diversité étonnante, et font partie intégrante de la cuisine. Les mexicains sont les plus gros consommateurs de piment au monde , près de 7,5kg de piments frais et 1kg de piment séchés par an et par habitant !
Autant dire qu’il est quasiment impossible de trouver un plat qui ne soit pas relevé au Mexique, où même les fruits se servent couverts de piment moulu…


La saveur piquante du piment provient de la capsicine. Pour mesurer sa force, on utilise l’échelle scoville graduée de 0 à 10. Au niveau le plus bas on trouve les poivrons, dont le taux de capsicine est nul, suivis des chiles poblanos et anchos, qui « chauffent » mais ne brûlent pas, puis des jalapeños, des chiles de arbol et des piments piquín et là, ça commence à vraiment devenir torride !. Tout en haut de l’échelle règne le redoutable chile habanero, le plus fort jamais mesuré à ce jour.


Quelques conseils :
Lorsque vous cuisinez des piments, enlevez les pépins et les membranes blanches qui se trouvent à l’intérieur, c’est ce qui pique le plus. Utilisez des gants et … ne vous frottez pas les yeux ! Enfin, si un jour vous avez l'idée de croquer dans la belle chair jaune et juteuse d’un habanero, vous pourrez toujours boire des litres d’eau pour éteindre l’incendie… la capsicine ne se dissolvant que dans un corps gras, il sera bien plus efficace de boire du lait entier ou du yaourt.


La saga des piments : le poblano

Après La guerre des étoiles, Le seigneur des anneaux, voici la nouvelle aventure de l'été : la saga des piments. Attention ! Il existe près de 150 variétés de piments au Mexique, ce feuilleton risque donc de ressembler à une télénovela sans fin...


















Piment Poblano
Dans le rôle-titre du premier épisode : le piment poblano. La raison pour laquelle je commence par vous présenter celui-là, c'est que c'est l'un de mes préférés. Tout d'abord parce que c'est un piment doux , force 3 sur l'échelle de scoville, et qu'on peut donc le savourer sans craindre d'avoir toute la bouche et le gosier en feu. Enfin, parce qu'il est délicatement parfumé, et qu'une fois cuisiné, il dégage une subtile saveur fruitée. Frais, ce piment vert foncé s'utilise dans les soupes, les sauces, ou pour être farci. Une fois seché, il prend une belle couleur cacao, aux reflets lie-de-vin, et il devient alors le chile ancho.

Avant d'utiliser un piment poblano, il faut le peler. Pour ça, rien de plus facile !

Placez-le directement sur le feu, et tournez-le régulièrement, jusqu'à ce qu'il soit complètement noir.
Enfermez-le alors dans un sac plastique, et laissez-le suer 10 minutes.
Retirez la peau, puis les graines, en pratiquant une petite incision dans le sens de la longueur. Vous pouvez ensuite le farcir de viande ou de fromage, suivre la recette de la crema poblana, ou réaliser une savoureuse sauce en le mixant avec 3 cuillères à soupe de crème fraîche, 20 cl de crème liquide et une pincée de sel.


Et là, vous me dites : "oui, mais avec quoi je la mange, cette sauce ?"
Réponse... dans un prochain numéro !



Textes provenant pour la plus part du site http://saveursmexicaines.com que je remercie.
C'est important pour moi qui relate un voyage à travers le monde, mais qui n'est pas le temps de tout voir, de tout comprendre, de trouver des gens qui ont la même passion que moi et me permettent de vous transmettre ce qu'elle ont découvert et couchés sur leurs blogs avec passion et amour. Il est évident que je ferai tout pour que ces gens de qualité soient reconnus du grand public car sans eux je n'aurai pas à vous donner un dixième des éléments que je vous fait découvrir en les découvrant moi même. Mon rôle se bornant au tri et aux choix des meilleurs choses qui correspondent excatement à notre esprit. C'est vrai qu'avec les textes et les photos de Laurange du site http://saveursmexicaines.com je suis plus que servi. Grand merci donc au nom de tout mes lecteurs à son auteur pour son talent et sa grande passion.
Enregistrer un commentaire