vendredi 13 février 2015

Vin de garde : L'Alsace



Lorsque l'on parle de vins de garde, on ne pense certainement pas à des vins d'Alsace (à moins d'être alsacien!). Ce serait malheureusement passer à côté d'un des meilleurs vignobles en blancs du monde. Heureux sont ceux qui sauront déjouer les mystères des cépages et de la variété pléthorique de l'offre afin d'apprécier la puissance et la franchise de leur expression aromatique fruitée qui s'exprime dès le premier jour et leur donne un charme fou, accessible à tous. Plus heureux encore seront ceux qui verront ces bouteilles se bonifier dans le temps jusqu'à en éclipser beaucoup d'autres 20 ans après (avec un rapport qualité/prix bien plus avantageux, mais chuuuut!).


De la célébrité à l'indifférence

La vigne fut introduite assez tardivement en Alsace (VII - VIIIeme siècle). Très vite, le vignoble alsacien acquit une grande notoriété grâce à des terroirs variés et puissants et s'exporta vers les pays nordiques en suivant les voies commerciales dessinées par le Rhin. Ce fût l'heure de gloire du vignoble alsacien, présent dans toutes les cours d'Europe et facteur de richesses (les villages vinicoles du Haut-Rhin, Riquewihr par exemple, ont parfaitement gardé leur charme d'antan). Les vignerons alsaciens réussirent à préserver le vignoble jusqu'à la fin du XIXème siècle et la guerre de trente ans. L'occupant découragea l'utilisation des cépages nobles au profit de cépages à forte production qui devaient répondre à la demande croissante de la population. La plupart des hommes ayant disparu avec la guerre, des colons, venus de Suisse notamment, cultivèrent une terre et des cépages qu'ils ne connaissaient pas. Au final, le vin d'Alsace devint un simple vin pour soldat, puis un vin de comptoir sans intérêt, parfumé au SO2.


Le vin d'Alsace souffre toujours de ce déficit d'image, malgré le retour à la culture traditionnelle et à la recherche d'une qualité grandissante chez de nombreux vignerons. Ce renouveau, véritablement perceptible depuis une quinzaine d'années, est basé sur une meilleure connaissance des terroirs, la maîtrise des rendements et une orientation très marquée vers une viticulture écologique (voire biodynamique).
La reconnaissance venant toujours très longtemps après le travail sur le terrain, c'est maintenant qu'il faut découvrir ce magnifique vignoble et les nombreuses pépites qu'il recèle.


Les vins de garde alsaciens


L'Alsace, c'est d'abord cinquante Grands Crus réservés à quatre cépages dits nobles (riesling, pinot gris, gewurztraminer, muscat) produits sur des aires délimitées avec de faibles rendements. Les Grands Crus sont les candidats idéaux à la garde. En effet, leur philosophie est de mettre en avant le terroir et non le cépage. Cette distinction s'effectue par des contraintes strictes de culture et se renforce avec la garde qui atténue l'effet cépage et permet au terroir de magnifier le vin. L'une des particularités du vignoble alsacien est d'identifier les vins par le nom des cépages. Parmi ces derniers, voici ceux qui donnent de véritables vins de garde :

Le Riesling : à tout seigneur tout honneur, le riesling est le principal cépage alsacien, tant par les volumes produits, la superficie cultivée que par la renommée. C'est un cépage qui sait allier vivacité et minéralité et exprimer son terroir comme aucun autre. Probablement l'un des plus grands cépages blancs du monde avec le chenin et le chardonnay. Il offre une diversité de style venue de la richesse des climats alsaciens tout en gardant son caractère propre, sa typicité de cépage qui le rend si facilement reconnaissable. C'est LE cépage de garde alsacien et son potentiel est supérieur à vingt ou trente ans dans les grands millésimes.

Le Gewurztraminer : issu d'une sélection minutieuse du vieux traminer, il porte des notes musquées, parfumées et fruitées. La richesse de son nez et son goût très aromatique en font un vin très agréable à boire jeune. Toutefois, il n'exprime son élégance et sa complexité qu'après plusieurs années de garde.

Parmi les autres cépages alsaciens, citons trois cépages traditionnels qui peuvent constituer de véritables sujets originaux de garde.

Le Sylvaner : c'est l'autre cépage traditionnel de l'Alsace avec le riesling. Sa réputation est moins prestigieuse et il fait plus office de compagnon de comptoir qu'accompagnement sur une grande table gastronomique. Il est vrai que la majorité de la production de sylvaner ne mérite pas plus de 3 ans de garde. Cependant, certains vignerons se sont inscrits dans une démarche historique et lui rendent son lustre d'antan, notamment sur des terroirs à Grands Crus où il n'a pas droit à l'appellation (sauf depuis très récemment sur le Zotzenberg, signe d'une certaine modernisation des appellations alsaciennes). Il donne alors sa pleine mesure et représente une expérience originale de garde, aussi bien en sec qu'en moelleux, pour un prix dérisoire comparé aux cépages dits nobles. Parmi les rares producteurs de sylvaner de garde, citons Albert Seltz, Dirler-Cadé ou Paul Blanck.

Le Muscat : le muscat d'Alsace est le seul muscat sec AOC de la viticulture française. C'est, en réalité, une combinaison du muscat à petits grains (présent dans le sud de la France) et du muscat Ottonel, dans des proportions laissées à la discrétion du vigneron. Le muscat d'Alsace possède les arômes caractéristiques du cépage, qu'il distille avec distinction. Ce cépage noble est principalement destiné à être bu sur le fruit, dans sa jeunesse. Cependant, certaines cuvées Grands Crus se révèlent parfaitement capables de résister au temps. On citera le maître du muscat (et un peu du gewurz aussi), Ernest Burn, ou encore le domaine Kientzler.

Le Pinot noir : c'est le seul cépage donnant un vin rouge. Le pinot noir ne s'épanouit généralement pas aussi bien que son voisin bourguignon et n'en possède en tout cas pas toute la richesse et le potentiel de garde. On trouvera toutefois des vins d'un niveau très proche (et pour bien moins cher) chez des vignerons comme Barmès Buecher, Mann ou Hummel.
Il existe en Alsace deux appellations particulières qui identifient des conditions de récolte et de vinification très strictes afin de donner des vins très concentrés et très puissants. Ces vins sont de très beaux et très intéressants spécimens de garde, en particulier pour les rieslings, pinot gris et gewürztraminers. Il s'agit des :

Vendanges Tardives (VT) : les raisins sont issus du passerillage et sont récoltés très tard dans la saison afin de favoriser la concentration en arôme et en sucre. Ainsi, pour chaque cépage noble, il faut un taux de sucre naturel minimum par litre de moût afin de prétendre à l'appellation VT. Il existe une grande confusion dans l'esprit des consommateurs au sujet des vendanges tardives, entretenue par les vignerons eux-mêmes. Traditionnellement, une vendange tardive n'est pas un vin liquoreux, et particulièrement en riesling. Hors les VT sont perçues comme des vins doux et la recherche de la concentration sur les grands terroirs favorise cette perception. La VT est un vin puissant dont les sucres résiduels se fondent peu à peu dans la structure du vin (et donc diminuent) et en font un prestigieux vin de gastronomie.

Sélections de Grains Nobles (SGN) : les raisins sont atteints de la pourriture noble dont la présence favorise la concentration en sucre et ajoute des arômes de champignon qui complexifie le vin. La SGN est LE véritable liquoreux alsacien. Sa concentration en arôme est telle qu'elle nécessite une garde prolongée pour obtenir l'équilibre et la richesse aromatique qui font son prestige.

Parmi les domaines incontournables qui proposent une gamme complète de vins de grande qualité parfaitement adaptés à la garde, je vous propose de découvrir les 6 suivants (classés par ordre alphabétique) :
- Domaine Jean Michel Deiss
- Domaine René Muré
- Domaine Gérard Schueller
- Domaine Trimbach
- Domaine Weinbach
- Domaine Zind-Humbrecht

Une échelle de notation

Le moins que l'on puisse dire avec les vins d'Alsace, c'est qu'il est très difficile de savoir à quoi s'attendre lorsque l'on ouvre une bouteille que l'on n'a jamais dégustée auparavant. L'extrême diversité du vignoble et des vignerons alsaciens, au sein même d'un seul cépage et d'un seul millésime, a poussé le domaine Zind-Humbrecht (LA locomotive des vins d'Alsace!) a inauguré avec le millésime 2001 une échelle de notation de 1 à  5 en fonction de la perception gustative des sucres résiduels. En effet, on ne peut pas simplement décerner des critères qualitatifs en fonction du taux mesuré de sucres résiduels. Des vins très doux peuvent sembler beaucoup plus légers que des vins secs massifs et lourds. L'échelle se base sur la perception et est liée à une approche globale du vin, à son équilibre général, sa matière (sucres résiduels, alcool), sa concentration, son acidité, sa souplesse afin de mieux en comprendre le style. Elle se décompose en 5 niveaux :
1 : vin techniquement sec (< 2 à 6 g/l).
2 : pas techniquement sec, mais les sucres ne sont pas apparents de façon évidente au palais. Certains dégustateurs peuvent trouver une légère rondeur en fin de bouche.
3 : sucrosité moyenne, plus importante dans la jeunesse du vin, qui s'estompera progressivement avec l'âge.
4 : vin moelleux
5 : vin moelleux, très proche d'une vendange tardive.

Cette échelle, renseignée sur toutes les bouteilles du domaine, a fait des adeptes parmi les vignerons de la région. Sa généralisation permettrait aux consommateurs d'éviter bien des surprises à l'ouverture d'une bouteille et de savoir ainsi exactement à quoi s'attendre pour l'associer au mieux avec un plat. 

Riesling Alsace : Son terroir, sa dégustation d'Eric Glatre : Tout ce qu'il faut savoir pour apprécier pleinement le seigneur de l'Alsace. Connaître son terroir d'origine, savoir le déguster, bien l'acheter. Un guide avec de nombreuses illustrations, des cartes du vignoble et du patrimoine touristique pour tout savoir sur le plus grand vin de garde alsacien.

Les vins d'Alsace de Jacques-Louis Delpal : cet ouvrage extrêmement documenté détaille l'un des plus beaux vignobles. il explique terroirs et vins, présente les meilleurs vignerons et donne les adresses connues des seuls initiés, d'innombrables références. Il est une une introduction précise à l'univers des grands cépages alsaciens et une découverte "autre" de la si belle Alsace avec de nombreuses adresses commentées de restaurants et d'hôtels qui en font l'un des meilleurs guides sur cette magnifique région.
Amazon : Plus de 40 ouvrages de références sur les vins d'Alsace. Pour les passionés, les curieux... et les alsaciens !



Lavinia: Ce spécialiste de la vente de vin possède un nombre impressionnant de références. Ce lien vous dirige directement vers la section Alsace ou vous découvrirez une très bonne sélection de vignerons alsaciens.

Enregistrer un commentaire