jeudi 23 décembre 2010

Les légumes oubliés !!!


Un chou-Rave

L'homme chien...
L'homme bien souvent, ne prête aucune attention au plateau qui est posé devant lui sur une table. Il ne pense qu'à l'engloutir sans se poser ne serait qu'un instant, la question de savoir par quelle magie il est là. Il reste insensible aux musiques des sons du goût car il ne les entend pas, pas plus qu'il ne les voit. L'homme c'est bien connu regarde mais ne voit pas. Il reste beaucoup plus sensible aux charmes de la carte de crédit qu'il a dans sa poche.

Aujourd'hui on va au restaurant pour être vu, ou voir les autres, rencontrer la star du moment dans des endroits où la musique vous plombe la tête aussi fort qu'un coup de fusil. La carte est souvent lamentable, américanisée, en franglais et c'est dans ces taudis à la mode que chacun s'y bouscule car il fait bon dire ...Mais j'y étais...

C'est le royaume de la cuisine de synthèse, d'aliments chimiques reconstitués ou congelés pour mieux essayer de ressembler à l'original. Je ne citerai personne, ils se reconnaitront et seront les premiers à se plaindre de la crise qui arrive alors qu'ils sont les premiers à avoir lancé la mode du paraitre et ne rien montrer pourvu qu'on touche...Les fêtes de fin d'année leur on fait très mal et ce n'est qu'un début...

je ne vais pas m'étendre davantage, mais je préfère revenir sur un sujet qui me tient à cœur et dont je fus le premier à parler et à souhaiter leur retour. Je veux parler des légumes oubliés.

Les potimarrons, les giraumonts, les scorsonères, les salsifis frais, les crônes, les vitelottes, les cardons, les rutabagas, les panais, le daïkon, la chinedérape,le raifort, la porée, le potiron, les topinambours, ou le chou romaneski qui furent les vedettes du Petit Bedon à l'époque de ma grandeur, mais aussi de toutes mes autres tables.




Un Giraumont des plus magnifique.

A la télévision, dans mes livres ils furent toujours à l'honneur. Nous allons donc continuer à le faire et chaque jour nous partirons à la découverte de l'un d'entre eux et d'une ou deux recettes qui les rendront plus nobles encore.

Nous commencerons par le scorsonère que peu savent encore écrire, mais qui est pour moi un
vrai délice quand il est frais.





Des scorsonères à l'état brut...
Enregistrer un commentaire