lundi 27 septembre 2010

La Symbolique de la Pomme



Les pommiers sont en fleurs


Dieu, toute puissance commença d'abord par planter 
un jardin et, en vérité, c'est le plus ancien et le plus 
dur des loisires humains..


Ce jardin sera le décor du premier acte d'une tragédie 
sur laquelle le rideau n'est pas encore tombée.


Et s'il est dit et écrit que Adam et Eve furent chassés 
à jamais du paradis terrestre à cause d'une pomme 
malencontreusement croquée, ce gros mensonge 
bien de chez nous, remonte au V ième siècle. 
Hors la la bible parle d'un fruit, sans préciser lequel.


la femme vit que les fruits de l'arbre étaient bon à 
manger, agréable à la vue et qu'ils étaient précieux 
pour ouvrir l'intelligence. 

Elle prit le fruit et  croqua la pomme , qu'elle partagea 
avec son mari qui se trouvait à côté d'elle 
et il en mangea. 

Les yeux de l'un et l'autre s'ouvrirent...



En latin fruit se dit pomum, en grec Karpos. 

Les premiers traducteurs de la bible, chrétiens , 
gaulois et romains, pensèrent que s'il ne restait 
qu'un fruit du paradis, ce ne pouvait être que 
la pomme, la plus courante dans le moindre verger, 
pomme désignée en latin comme malum en grec: 
melon. 

Et, cette pomme cessant d'être malum, devint 
le fruit par excellence, pomum.


Tous les fruits étaient placées sous la protection 
de pomone, déesse de l'abondance.

L'ésotérisme et la magie blanche font de la pomme 
le symbole féminin par excellence, 
c'est un attribut de vénus:



En la partageant parfaitement en deux, verticalement, 
on peut y reconnaitre une certaine ressemblance avec 
le système génnital féminin.



D'autres comme les pythagoriciens, y voient en la 
coupant horizontalement une parfaite étoile à cinq 
branches, le pentagramme clef de la haute Science 
car ouvrant le secret de la connaissance, du bien 
et du mal, on retrouve ainsi doublement 
le mythe d' Eve.



Coïncidence...peut être ?
Le nom latin de la pomme malum est l'homonyme 
d'un autre terme qui désigne le mal.


Les magiciens utilisaient le pentagramme comme 
moyen de conjuration, si ce n'est d'enchantement, 
telle la pomme offerte à Blanche-Neige.


La pomme du Cantique des cantiques représentait 
le verbe divin, peut être à cause de toutes les 
prophéties bretonnes et Merlin l 'enchanteur se 
tenait toujours sous un pommier pour enseigner.


Souvent associée à la couleur jaune ou or, la pomme 
au symbolisme déjà ambigu se charge encore 
des pouvoirs de cette couleur qui peut être bénéfiques 
ou maléfiques comme celui du soufre, 
céleste ou satanique.


La pomme d'or des alchimistes, la pomme d'or du 
jardin des Hespérides, encore qu'il ne s'agisse 
certainement pas de pommes mais d'autres fruits...
tous étant porteur d'immortalité: 
le soufre transmutant le mercure, en fait 
le cinabre de l'immortalité.


Les pommes des hespérides, continueront leur carrière 
dans la tradition celtique, puisque chez les Irlandais 
elles seront remises par la femme de l'autre monde 
au héros Candle pour le nourrir pendant un mois sans 
jamais diminuer et pour lui assurer l'immortalité 
pendant ce temps.


De même elles la conférerent aux Dieux du Panthéon 
scandinave.


La recherche de ces fruits de vie éternelle constituait 
déjà une des tâches importantes imposées par le Dieu 
forgeron gaulois Lug aux trois fils de Tuleran, en rachat 
du meurtre de leur père. 

Dans l'île d'Avalon, la pommeraie en celte, champs 
élyséens des héros défunts où se cacha le Roi Arthur, 
la femme de l'autre monde, encore elle, avait cueilli 
une branche de pommier pour Bran avant de
l' entrainer vers le royaume éternel d'au delà des mers.


A ce propos il est intéressant de rappeler que, cueilli 
par les druides durant la nuit du samain, le premier 
novembre, le jour des morts précédant la nouvelle 
année celte et non le premier janvier comme le fait 
croire la pseudo-tradition chrétienne, le gui qui 
pousse mais surtout celui poussant sur les pommiers.


Pourtant, mis à part cette manipulation des consciences 
par la phallocentrisme qui fabriquera le péché d'Eve, 
la pomme était considérée, depuis la nuit des temps, 
comme bénéfique si ce n'est magique. 

Le mythe de la pomme enchantée de Blanche-Neige, 
aussi vieux que le monde, constitue l'envers de toute 
magie, Salomon dans le Cantique des cantiques ne 
dit il pas." ranimez moi avec des pommes, 
car je suis malade d'amour".


Et au temps de Ramsès II, les égyptiens offraient 
des pommes disposées sur des claies, 
aux plus éminents des prêtes qui étaient les 
gardiens de la connaissance.


Certains prétendent, pourtant que la pomme de 
l'Eden aurait été un abricot, arguant de son 
antériorité au proche orient. 

En fait, l'abricot n'arriva de chine en Arménie, 
et ne traversera le Triangle fertile en direction 
du sud-est méditerranéen, que par le truchement 
des caravanes qui entrèrent en rapport avec 
les sémites établis au nord de l'Assyrie, 
aux environs du III ième millénaires av JC.



La pomme avait déjà depuis longtemps envahi le 
moyen orient, puis l'Europe par l'est, avec des 
vagues humaines descendant de l'Asie centrale. 

Elle mit autant de temps que les hordes pour sa 
conquête étant une voyageuse clandestine cachée 
dans les provisions. 

En mangeant les pommes tout en marchant les 
hordes crachaient les pépins et un peu partout, 
sur le chemin des envahisseurs poussèrent de 
jeunes pommiers avec plus ou moins de fertilité 
selon les sols. 

Ils donnèrent surtout naissance aux pommiers 
du sud caucasien et Européens.


Fleur de pommier sauvage

Les pépins donnèrent naissance à des arbrisseaux 
qui avaient des fruits rouges et acerbes, les doulcins, 
malus acerba ou malus paradisca, dont les bosquets 
jalonnent encore aujourd'hui, les grandes voies de 
pénétration est- ouest.



La greffe et la culture en firent ce que les pommiers 
sont aujourd'hui devenus...



Enregistrer un commentaire